<tr bgcolor="#872B06"> <td>&nbsp;</td> <td height="25" bgcolor="#872B06" class="menu"><div align="left">La chorale</div></td> <td height="25" bgcolor="#872B06"><img src="http://www.afrikara.com/Images/ic_chorale.gif" width="29" height="15"></td> </tr>
ACCUEIL
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
 
abosolo.com
Histoire sur Afrikara
Les derniers commentaires
  Mindjai : Grand Medium Marabout Voyant Maitre Mindjai ( 13 Février 2017 20H42)
Le Medium Voyant Mindjai réunit pour vous les meilleurs services de Médium et occultes, reconnus pour ses dons de voyance et de révélation, la qualité [lire la suite]
  Mindjai : Grand Medium Marabout Voyant Maitre Mindjai ( 13 Février 2017 20H41)
Le Medium Voyant Mindjai réunit pour vous les meilleurs services de Médium et occultes, reconnus pour ses dons de voyance et de révélation, la qualité [lire la suite]
  Mindjai : Grand Medium Marabout Voyant Maitre Mindjai ( 13 Février 2017 20H40)
Le Medium Voyant Mindjai réunit pour vous les meilleurs services de Médium et occultes, reconnus pour ses dons de voyance et de révélation, la qualité [lire la suite]
  gontran hounsinou : SOLUTIONS A TOUS VOS PROBLEME DE VIE ( 03 Décembre 2016 20H53)
SOLUTIONS A TOUS VOS PROBLEME DE VIE
Grand marabout vaudou sorcier de retour d'affection rapide et immédiat
Réalise pour vous des prières de sortilè [lire la suite]
  BOCONON GUEZO : TÉMOIGNAGE DU GRAND PAPA MARABOUT BOCONON GUEZO DU MONDE D'AFRIQUE ( 05 Octobre 2016 19H22)
Bonjour Mme / Mr
Il y a de cela 2 ans, j'avais une vie très misérable et très soucieux, après mes recherche sur le net je suis tomber sur un GRAND C [lire la suite]
  BOCONON GUEZO : TÉMOIGNAGE DU GRAND PAPA MARABOUT BOCONON GUEZO DU MONDE D'AFRIQUE ( 05 Octobre 2016 19H20)
Bonjour Mme / Mr
Il y a de cela 2 ans, j'avais une vie très misérable et très soucieux, après mes recherche sur le net je suis tomber sur un GRAND C [lire la suite]
  lucie : marabout ( 01 Avril 2016 19H25)
Bonsoir
je m'appellé ghislaine un jour au retour du bureau mon mari a commencé par ramacé ses effets je lui ai demandé la cause il m'a dit qu'il a f [lire la suite]
  8OKKQwwyJQtJ : QRO1cSd5mmO ( 29 Novembre 2015 11H58)
I want to start off by saying that your hair is just lolvey. When you are doing your relaxer do you go back through and comb through your new growth o [lire la suite]
  maître abikou : Solution a vos problèmes ( retour affection de l’être aimer ) ( 03 Août 2015 13H00)
Voici encore le retour du grand puissant marabout voyant meduim Abikou qui peut intervenir dans les domaines suivants :
- Amour :
retour de l'être a [lire la suite]
  maitre abikou : Solution a vos problèmes ( retour affection de l’être aimer ) ( 03 Août 2015 12H59)
Voici encore le retour du grand puissant marabout voyant meduim Abikou qui peut intervenir dans les domaines suivants :
- Amour :
retour de l'être [lire la suite]
»Ajouter votre commentaire«
»Voir tous les commentaires «

Afrikara rend hommage au grand Homme qu'était Aimé Césaire. Que représentait pour vous Aimé Césaire?
L'un des pères fondateurs de la négritude
l'un des plus grands poètes du XXe siècle
un homme d'action, un militant, défenseur de l'identité nègre
un "éveilleur de conscience" de l'identité Noire
un pont entre les Antilles et la mère Afrique
l'homme politique le plus emblematique de la Martinique
Un homme debout, un Négre avec N majuscule
Autre
 

 Résultats

 Liste des sondages

L´Argentine Mélano-Africaine, par Simão Souindoula 
27/12/2007

Le verlan portuense de Buenos Aires a cristallisé des éléments Africains. C´est l´une des conclusions, prévisibles, qui se dégage de la lecture de l´ouvrage intitulé, courageusement, « La Presencia Africana en nuestra Identidad » de l’historienne argentine, Dina Picotti, livre qui vient d´être réédité, á Buenos Aires, aux éditions Del Sol, dans sa série Antropológica.

 

Scellé en 287 pages, cette synthèse, ouvertement didactique, présente, les grands traits de l´ensemble des processus culturels que l´installation dans la fédération sud- américaine de milliers de captifs négro-africains, a provoqué.  

L´on y apprend que les premiers contingents d´esclaves qui arrivèrent, vers le milieu du XVIéme, dans le port de Buenos Aires, venaient, clandestinement du Brésil, la nouvelle et, déjà, insatiable possession portugaise d´Amérique du Sud, très liée aux cotes de l´ancien Kongo et la future Colonie d´Angola.

D´entrée de jeu, Dina Picotti, afro-argentine par alliance, soutient, grande thèse de son ouvrage, la cristallisation et la perpétuation de certains traits africains dans son pays ; et cela, malgré l´extraordinaire déclin démographique enregistré, dans la deuxième moitié du XIX éme siècle, dans la communauté «niger», dramatique évolution connue dans la littérature scientifique américaniste comme celle de l´effrayante «disparition de la race».

 

Cognats

 

Elle reprend, dans sa présentation, des cristallisations lexicales, syntaxiques et phonétiques, de «vozes bantú», nettement prédominantes, les évaluations faites par les linguistes rio platenses Ortiz Odergo e Pereda Valdés et soutient que le castillan parlé en Argentine a phagocyté près d´un demi millier de vocables d´origine africaine.

Picotti cite, á cet effet, et á titre illustratif, plusieurs termes dont elle s´efforce de trouver des cognats en Angola, pays «de onde procede».

La bonarense propose, le mot mucama, femme de maison ou hôte, d´usage très courant en Argentine, et naturellement, chez le voisin Uruguay, mais aussi au Peru et au Chili. Au Brésil, cette expression s´est cristallisée sous la forme camba ou mucamba, sous la  signification complémentaire d´amante du maître esclavagiste.

L´auteur mentionne également l´inévitable milonga, expression désignant une fête ; tout en confirmant que le terme s´est propagé jusqu´en Bolivie.

Selon elle, les Bantu, très présents dans les rues de Buenos Aires, ont légué au verlan du District Fédéral, sous des formes originelles ou acculturées, un ensemble d´expressions telles que quilombo (concession), zamba (danse) ou mani (chef). Abordant le domaine des traditions orales des bozales, la néo-afroargentine note la perpétuation dans le pays argenté des contes dont l´un des principaux protagonistes est le malheureux kimbungu ou kibungo (hyène) et les profondes croyances hydrogonistes kianda ou kiximbi (du bantu, nsimbi ).

Selon elle, ces corpus sont largement attestés en Afrique sub – saharienne, et «mas precisamente en Angola ».

 

Musicothérapie

 

Le chapitre sur les rythmes-danses confirme la marque chorégraphique, ardente, des Bantu en Amérique du Sud.

En effet, la mémorialiste des éditions du Soleil rappelle, á ce propos, le triptyque des danses lascives, calenda, bambula et chica ou congo, en vogue, au XVIII éme siècle, sur les marges du « Fleuve, Grand comme la Mer ».

Elle apporte, á ce propos, en appoint, deux témoignages, parmi tant d´autres. Le premier, prude, daté fin 1763 et début 1764, porte sur la calenda. Il est du bénédictin français Dom Pernetty, contenu dans sa relation « Histoire d´un voyage aux Iles Malouines ». Et, le second, á la limite du diagnostic musicothérapique, est produit par le routard argentin Miguel Cané, sur l´étourdissante bambula.    

Soucieuse d´identifier les zones d´attache de ces déchaînements chorégraphiques, qui se sont enracinés en Amérique méridionale, produisant le spectaculaire tango primitif, la spécialiste argentine suppose, comme source, pour la kalenda, l´ancien Kongo, avec ses très actifs centres d´exportation de pièces d´Inde, Sao Paulo de Loanda et Sao Felipe de Benguela. Péremptoire, elle affirme que « Congo y Angola, de onde procedian gran parte de nuestros esclavos ». Elle reprend l´origine bantu du tango, en évoquant le sens matanga (fête). 

 

Les supports d´exécution instrumentale de ce « paso de candombé », en plus de la série des incontournables membranophones, sont, selon elle, les mazacayas (du bantu, sakala, maracas) et les marimbas (xylophones).

La plupart des ensembles vocaux useront de l´interjection !gue ! , probable diminutif du bantu nkuetu (partenaire). Cette exclamation se cristallisera dans l´expression soliste passablement divine ! Calunga, gue ! et qui sera suivie, invariablement, par Oyé , yé yumba,  refrain repris par le chœur, vif encouragement aux jeunes filles du groupe.

 

Épiphanie

 

Picotti soutient, en renfort, de sa ferme position sur l´influence culturelle venue de l´Afrique centrale, australe et orientale, les récits de la première moitié du XIX éme, attestant  les déploiements dominicaux, dans les rues de la Buenos Aires coloniale, des « tambos » ou « naciones » congolenos, angolenos, benguelas ou banguelas, cabindas, molembos et mozambiques. Et, dans une  véritable épiphanie bantu, les processions sont précédées par « los Reyes del Congo ». Pour elle, cette empreinte bantu a été, pour la culture nationale argentine, incontestablement structurante, vivifiante et source de diversification ; preuve les importants travaux de Eagle Martin sur les «espectaculos de candombé» et les restitutions picturales et les estampes de la série « Ritos y candombé» d´Abelardo Castillo ainsi que ceux, immortalisées, par Emeric Essex Vidal, César H. Bacle, Pedro Figari, Léon Palliére, Martin L. Boneo, Jaime S. Estevez et Carlos Paez Vilaro.

 

L´historienne note également diverses études publiées á partir de la fin des années 60 telles que « Calunga –croquis del Candombé » et « Macumba ». L´analyse de la configuration des pratiques religieuses reflète, naturellement, la significative installation des esclaves bantu dans les Provinces Unies d´Argentine avec ses « tatas viejos », ses chants religieux tels « Hay gue gui », ses groupes carnavalesques issus des anciennes sociétés saintes tels Candombé de San Benito, ses fêtes religieuses Artigas cué, celle de la Nativité organisée á partir des cités comme Mondongo, á Buenos Aires ou Camba cuá á Corrientes, et « La noche de San Juan » , explosive nuit des candomberos et ses confréries telles que celle de Bayombé Imvensa, á Rosario.

 

L´auteur insiste, dans ce domaine, sur l´irrésistible expansion contemporaine en Argentine des cultes afro- brésiliens d´influence congo-angola tels les puissants umbanda et candomblé, le macumba, le caboclo, le payelanza, l´inkice et le muzenza.

Le succès du « quimbanda » dans la blanche Argentine est tel que le pays enregistre, aujourd´hui, plus de 5000 « terreiros » ou lieux de culte, depuis une ville aussi méditerranéenne que Cordoba á une zone aussi gaucho que Chubut. Le Service National des Enregistrements a, actuellement, reçu de dossiers de plus de 400 temples venus du Brésil, « immense pays ayant le corps en Amérique et l´âme en Afrique ».

Et, conséquences prévisibles de cet extraordinaire phénomène de société, l´on a noté l´apparition d´une  « umbanda blanca » et l´organisation á Buenos Aires, en 1985, d´un Congrès International sur l´Umbanda.

 

L´évolution contemporaine de certains aspects de la culture afro-argentine esquissée dans l´ouvrage autorise, associée á une plus grande ouverture régionale et internationale, de penser l´Argentine, pays du « tango- candombé », assumera, désormais, pleinement, son héritage africain, pan de sa vivifiante diversité culturelle.  

 

 

 

Simão Souindoula

Directeur du Musée National de l´Esclavage

Luanda

Angola 

Afrikara

Commentez cet article
  Nom*   
  E-mail :  
  Sujet :  
   
  Message*  
   
  Votre humeur  
Neutre Idée Question Etonné(e)
Trop drôle Mort(e) de rire Content(e) Clin d'oeil
Attristé(e) Pas content Triste Confus
Dubitatif Cool(e) Honteux Surpris(e)
rire

 
  Copyright © Afrikara.com . Tous droits réservés. R&eacute;alisation <a href="http://www.sakini.com" target="_blank" alt="Toute la Martinique" class="menu">SaKiNi.Com &reg;</a>